vendredi 5 février 2021

Some help for Amira + The whole story

 Hi everybody,

In 2020, my mare hurted herself in the fields, and it took me months to save her life, that costs me a lot on veterinary bills. And if I saved her, she will not be riddeable again, and most important thing, she'll be needing an adapted way of life to her disability now.
The whole story at the end of this post!

My best solution is to have her installed at home (I've got a proper field), that's why I'll need to invest in fences and a long list of things like a shelter.
I got the idea to support the project with a postal card for the small budget, and a medaillon for medium budget. You can of course, purchase both. In any case, thanks for your interrest!

THE CARD

Price: 5$ (for 1 card & 1 envelope) + shipping fees to your location

To Order
Contact: ColdRuru@gmail.com

THE MEDAILLON

Casted in: Polyurethane Resine
A small sculpture to paint at your convenience!

Price: $30 + shipping fees to your location

To Order
Contact: ColdRuru@gmail.com

 Original sculpture


Casted exemplary


*

It all started with an incompetent farrier who shod my mare. He told me that I should have called him sooner as the hooves were now too short and it would be difficult for him to shoe her.
A month later, her hooves are somehow way overgrown and it was planned that my friend Sabrina would come over for a week with her own horse. We’re looking forward to going on trails together, so I call the farrier to get her a new set of shoes. When I fetch my mare in the field that day, I notice that one of her shoes is gone, she’s limping and the frog of her left front hoof is bleeding.
The farrier barely looks at the injury. He says I’m at fault here because I have waited too long to call him back as the hooves are now too long. He covers himself by saying that she must have sprained her leg or something and off he goes. Actually, her hooves weren’t supposed to be this long only a month after being shod. I think it’s actually his fault, but anyway.
After a couple days, my mare is still limping and standing on three legs. I call the vets, as we obviously cannot count too much on the farrier.

The vet gets there and finds an abscess in which she digs to relieve the pressure. After a week, it still doesn’t get any better. We get a first set of x-rays done but they don’t reveal anything – no infection nor foreign body. Those are good news so we assume it’s only a bit slow to heal.

In the end, the vets (there are two of them baton passing on this ordeal) get in touch with the Aix-en-Provence specialized equine clinic to get another insight. They decide to dig in further in the hoof, and by doing so find an enormous piece of wood stuck far into the flesh, which links the two abscesses together. They pull it out, and then we all think my mare is going to get better.

How did this get there? No idea. My most plausible theory would be that she hurt herself on the toe of the shoe and that’s how the piece of wood got pushed in.

After another week, she still doesn’t completely stand on her injured hoof. The wound suppurates despite the horse being on antibiotics. I call a second farrier, who refuses to get implicated in this, then a third one who trims the hoof down a bit more than the vets did. We get a new set of x-rays made.
The x-rays now reveal that an infection is eating down aggressively the navicular bone. The Aix-en-Provence equine clinic gives up at that point and tells us there is not much that can be done for her.

And yet, my mare is doing great despite the severity of her injury : no laminitis even though she’s been on three legs for now three weeks, she’s eating voraciously as usual and she’s still very energetic. My two vets don’t think we should give up that easily.
We’re also lucky that she lays down often, which relieves the pressure on her other limbs.

My vets start an aggressive treatment to try to stop the infection. Without a surgery to open up the foot and do a deep clean of the wound, there’s about 1/1000 chance of success. Our goal now is to have her recover a bit of mobility so she can trek down the path to the road and get her in a van. In the meantime, I start the process of having her sent to Equitom, Belgium. I hit a first wall : I cannot find a proper ambulance for the job. All emergency horse vans I can find are regular vans, only they’re available around the clock. What we need for Amira is a medical van with supports as it’s about a 1 000 km drive to what is in my opinion the best equine clinic in the world and her best bet at survival.

So here we are, a month and a half later. My vets treatment has hit its target : my mare is still limping but she can move around without too much hassle. This month and a half has been very hard on me between the worries and getting there everyday (sometimes even twice a day) to give her meds and redo her bandage.


Thankfullly, I have now found the only person in France who’s got what we need : a horse van with a hoisting device to help the horse support itself during the trip. The business is called Horse Emergency. The lady doesn’t have that many references as she’s basically an independent worker doing this on her own and she has a hard time meeting the demand.

She agrees to take my mare to Equitom, but she would like to make a stop in Lyon as there’s another great clinic there and it’s much closer than Equitom. They’d be able to do an MRI which would help a great deal to find out exactly what’s going on inside the hoof and, if needed, they may even be able to do the surgery.

My wounded mare survives the 800 meters long descent towards the road, where the medical van awaits. The whole descent takes about 40 minutes. She gets there in great shape and even allows herself a canter upon reaching the end of the trail. 


The next day, she hops in the van without too much trouble, even though she’s a bit unsettled by the all the special equipment inside the vehicle.
We’re now on our way to Lyon.


The trip went well. She catches very quickly how to put her weight on the harness to relieve her hoof. She eats and drinks all the way to Lyon and arrives at the clinic after a 8 hours drive top shape, without a sweat. Lyon’s equine clinic does the MRI. The verdict is in : this is the very worst street nail injury they’ve ever seen.

Basically, the navicular bone has been chewed on by the infection and is now thinned down and fractured. The flexor tendon is partially ruptured and the bones have shifted inside the foot. They give me two options: amputation, or euthanasia. 


I’m confused, and so is my vet when I tell her. How in the world can my mare be doing so well with such horrendous injuries? My veterinarian insists that Lyon shows me the MRI. They reluctantly agree and do so condescendingly.
We knew from the start that this is a serious case but we have always chosen our next steps according to Amira’s overall state. Lyon’s clinic is making it harder than it should be. I try to make my mind and ask questions, but their answers (when I get any, as the surgeon didn’t even bother dealing with me at all) are evasive and annoyed. They give her enormous doses of palliative painkiller as they judge me “slow” to have her put down and they say I’m “letting her suffer unnecessarily ”.

As they consider her soon-to-be-dead, they don’t bother either with redoing her bandage even though we had managed up to that point (for weeks!) to keep the wound clean as to avoid adding to the infection with external dirt. They also stop the antibiotics treatment because, according to them, it’s “not worth it anyway”.

I call my friend Sabrina, as I need help and support over choosing to have her euthanized. She came, we spent a whole day in the box with the mare and we discuss it and end up with the same conclusion : my horse is perky, hasn’t lost any weight, she’s eating and being her usual self. We’re unable to sentence her just yet, especially on the judgy opinion of people who hide their phone number when calling me and don’t ever bother answering my questions with anything else than a snappy “Well, I can speak with your vet”. Of course, why bother speaking with the one who actually has to navigate the fog to make a decision? I must be too dumb to understand anything they might have to say. /s
They strictly refuse to aknowledge that my mare is doing well and say that the only reason she looks fine is that some breeds are sturdier than the others.

Long story short, my vet, the driver, Sabrina and I all agree that we should bring her to Equitom as they, at least, are obviously willing to give her a chance. Saying that our departure from Lyon is “icy” is a bit of an understatement. The secretary treats us like lesser than shit, the surgeon doesn’t answer his phone and doesn’t sign the discharge papers, all the staff has mysteriously disappeared and nobody assists us to get her in the van. The discharge paper they grudgingly give us states that the horse is going out of their clinic against medical advice.

Here is my horse, on the verge of death, while being taken away from Lyon in excruciating pain:

We get to Equitom without any further trouble after a very long trip to Belgium. Amira is energetic and eager to get out of the van, proof that we almost killed her by inflicting her another long trip on top of the first.

The first thing Equitom does is a blood test to check if the infection is still there. Turns out that they’re 99% sure it’s GONE. Then, they do another batch of x-rays to see more clearly what’s going on inside the hoof. They also suggest using their brand new scanner, which will give us 3D pictures of the injury and confirm whether or not the infection is gone.

After performing the scan, the clinic’s staff shows me the pictures and take the time needed to explain them to me :
- The navicular bone indeed broke under the horse’s weight after being fragilized and partially “eaten” by the infection. This kind of fracture is sometimes seen at birth in foals. It will calcify and heal with time and rest.
- The flexor tendon is still holding up, despite being partially ruptured. Otherwise, the bones wouldn’t have dislocated the same way. Even though the tendon is fragilized, it also needs time and rest to heal.
- The dislocated bones will forever stay that way and cause a lifelong lameness. It should get a bit better with time, too, and with appropriate orthopedic shoeing Amira can be comfortable enough to live a normal life in pasture.
- Not all painkillers are a threat to the stomach : she will get safe ones, given in cures with dietary supplements, to help her in the long run without causing her additional side effects.
- The infection is gone for good thanks to my amazing vets so there is no need to open up the hoof and have it deep cleaned, which is great news as a surgery would have meant more pain for her to go through.


They suggest laser therapy and orthopedic shoeing.
Here is she, walking after that traitement:


Sadly and as expected, she will most likely never be able to be ridden again. She’s going to be a fantastic lawnmower, though.

She now stay indoors during the winter, then will be allowed in a small pasture this spring and summer. No fooling around allowed for a year, to give her the time to heal properly. It could be worse as she technically should be dead as of now, according to many, and yet she’s doing great.
I cannot wait to have her return at home...

 


Thanks to my friend Mégann for translating this for me, it was difficult enough to wrote in french <3

Un peu d'aide pour Amira + Toute l'histoire

Bonjour à tous,

En 2020, ma jument Amira s'est blessée au pré, et il en résulté pour moi une période d'inactivité car elle a demandé des soins constants pendant presque 3 mois, sans compter les frais vétérinaires et le fait que aujourd'hui, si j'ai pu la sauver, elle a besoin d'un environnement adapté à son handicap.
Pour ceux qui veulent avoir les détails de ce qu'il s'est passé, c'est en bas de post!


Ma meilleure solution à l'heure actuelle est de l'installer chez moi, j'ai la chance d'avoir un pré adapté à disposition mais il n'est pas équipé. Je vais devoir investir dans un abri, des dalles stabilisantes, des barrières et encore pleins d'autres choses nécessaire à l'installation d'un cheval dans les meilleures conditions.

Pour cela j'ai créé deux petites choses, à vendre, pour m'aider à financer l'opération. Il y a une carte postale pour les petits budgets et un médaillon pour les budgets moyens. Il est bien sûr possible d'acheter les deux. Dans tout les cas, je vous remercie!


LA CARTE

Prix: 4e (pour 1 carte & 1 enveloppe) + les frais de port

Pour Commander

Contact: ColdRuru@gmail.com

LE MEDAILLON


Coulé en: Résine Polyuréthane
Une petite sculpture à peindre selon vos envies!

Prix: 25e + frais de port

Pour Commander
Contact: ColdRuru@gmail.com

 Sculpture originale

Exemplaire casté


*

Tout a commencé avec un maréchal incompétent, qui est venu ferrer ma jument et qui le jour où ça a été fait m'a dit que "j'avais trop tardé, que le pied était trop court et que ça allait être dur de ferrer".
Un mois plus tard, le sabot est long, je le rappelle pour qu'il vienne refaire une ferrure. Le jour où je vais chercher la jument pour le nouveau ferrage, je la retrouve déferrée et boiteuse dans son pré. Elle saigne au niveau de la fourchette.
Le maréchal regarde à peine, dit que c'est ma faute car "j'ai attendu trop longtemps pour changer les fers, que le sabot est trop long". Il se couvre en disant qu'elle a dû se fouler la jambe et repart vite fait. Problème: un sabot n'est pas supposé ressembler à ça après 1 mois de ferrure, donc clairement, pour moi la faute lui revient, mais bref.
Le week end passe, la jument est sur 3 jambes et j'appelle les vétérinaires, vu qu'on peut pas compter sur le maréchal ferrant.

La véto arrive, cherche et trouve un abcès, elle creuse pour le dégager.
Au bout d'une semaine, l'abcès n'a pas l'air de passer, il a percé en glome en plus de la fourchette, une première série de radios est effectuée mais elles ne révèlent rien (ni corps étranger, ni infection interne). C'est positif, donc on se dit juste que c'est un peu long.

Les vétos (au final ils seront deux à se relayer sur mon cas), prennent contact avec la clinique d'Aix en Provence et un vétérinaire spécialisé équin pour se faire aider, ils décident alors de creuser plus le pied et trouvent un gros morceau de bois fiché loin dans les chairs, qui fait le lien entre les 2 abcès, il est retiré et tout le monde pense que la jument ira mieux.
 
 
Comment il est arrivé là? Mystère. La théorie la plus probable c'est qu'elle s'est blessée sur le poinçon du fer et que le bout de bois est entré par la plaie.

Au bout d'encore une semaine, la jument ne pose toujours pas correctement le pied, le trou suppure encore malgré les antibiotiques, on fait venir un 2e maréchal ferrant qui refuse également d'intervenir, puis un 3e qui taille le pied plus drastiquement que les vétérinaires. Une série de radios est refaite.
Les radios révèlent une infection de la bourse et que l'os naviculaire est désormais rongé par l'infection. La clinique d'Aix décrète directement qu'il n'y a plus grand chose à faire pour le cheval.

Sauf que, au vu du fait que la jument ne fait pas de fourbure (malgré le risque au vu de la pression mise sur l'autre pied - ça fait 3 semaines qu'elle est sur 3 jambes), qu'elle a un appétit et une forme d'enfer depuis le début, mes vétérinaires refusent de laisser tomber.
On a la chance qu'elle continue à se coucher régulièrement pour se soulager aussi.
 
 
On décide qu'il faut la ramener quelque part où les soins seront plus aisés, car jusque là les radios ont été réalisées avec un groupe électrogène et le chemin d'accès est difficile, d'ailleurs il n'est pas praticable en van et le défi est d'arriver à faire descendre les 800m problématiques à la jument... à pied.

On commence donc un traitement agressif pour enrayer l'infection (1 chance sur 1000 sans chirurgie pour aller nettoyer la zone, inaccessible sans ouvrir le sabot) et lui rendre un peu de mobilité.
Entre temps, j'entame les démarches pour partir à équitom (en Belgique), et je me heurte à un fait: il n'y a pas d'ambulances pour chevaux, dans le sens où il faudrait un van médicalisé, aménagé pour aider un cheval blessé à transporter et que tout les services d'ambulances sont juste des vans classiques, dispo h24 en urgence.

Voici la jument, qui boite mais se déplace sans trop de difficulté, au terme du traitement mis en place par mes vétérinaires.
Cela représentera en tout, un mois et demi où j'ai été m'occuper de la jument tout les jours, parfois matin et soir pour administrer les médicaments et refaire le bandage.
 

Entre temps, je trouve la seule personne en France, qui propose ce que je cherche: un van avec pallant et possibilité d'aider le cheval à voyager dans un harnais.
L'entreprise s'appelle Horse Emergency, elle est très peu référencée car la fille étant seule, elle a du mal à répondre à la demande.
A priori, la transporteuse est d'accord pour qu'on aille à équitom, mais préférerais qu'on s'arrête à Lyon car c'est une bonne clinique, beaucoup moins loin, et qui peut sans doute faire l'opération et surtout des IRM qui aideront à y voir plus clair.

On arrive à faire descendre la jument - 800 mètres en 40min, au passage, pour un cheval blessé elle arrive en bas en pleine forme, je l'ai même vue piquer un galop une fois en bas.


Le lendemain, séance d'essayage du harnais avant embarquement. Elle embarque sans trop de difficulté, même si le van médicalisé la perturbe un peu.

Le trajet se passe très bien, la jument comprends parfaitement comment se servir du harnais pour se soulager, bois et mange tout le long du trajet et arrive à Lyon après 8h de route sans un pet de sueur et en pleine forme.
Le lendemain, la clinéquine de Lyon fait donc les IRM et le verdict tombe: c'est le pire cas de clou de rue qu'ils ont jamais vu.
Je vous copie/colle leurs conclusions:

1. Une bursite naviculaire septique chronique
2. Une ostéite septique de l’os naviculaire avec d’extensives lésions ostéolytiques dans sa partie palmaire
3. Une fracture pathologique parasagittale latérale de l’os naviculaire
4. Une extensive tendinite septique du TFPD avec rupture partielle de ce tendon en région sésamoïdienne
5. Une probable arthrite septique de l’AIPD, avec suspicion de lésion focale débutante dans l’os sous-chondral de la surface articulaire distale de P2
6. Une subluxation avec instabilité de l’AIPD secondaire à la rupture pathologique du TFPD
7. Une desmopathie marquée du LCM de l’AIPD
8. Un oedème osseux sévère de P2 et P3, possible indication d’osteomyélite multifocale


et donc ils me disent que j'ai 2 options: l'amputation ou l'euthanasie.
Sauf que j'ai un problème (ma véto a le même quand je lui annonce): pour un truc aussi grave, comment se fait-il que le cheval aille si bien?
Ma vétérinaire insiste pour qu'ils me montrent les images IRM, ce qui est fait avec condescendance.

On savait dès le départ que c'était grave et que les chances de la jument étaient maigres, mais, dès le début, on s'est tous basé sur son attitude à elle et non sur le clinique pur.

Autant dire qu'à Lyon c'est un vrai casse-tête, personne ne répond clairement à mes questions, je n'arrive pas à voir le chirurgien entre 4 yeux, ils mettent la jument sous des doses énormes d'antidouleur en palliatif car "je traîne" à décider l'euthanasie et je "fais souffrir le cheval inutilement".

Mais surtout: jamais ils ne lui refont son bandage, alors qu'on avait gardé le pied propre et sain pendant des semaines dedans, pour éviter une infection supplémentaire qui viendrait de l'extérieur... et ils arrêtent totalement tout traitement antibiotique, car selon eux "ça ne sert à rien".

Amira (Sweetie pour les intimes) - Page 36 Empty

J'appelle une amie proche, car j'ai besoin de son aide pour choisir l'euthanasie, et elle me rejoint à Lyon. On passe une journée entière dans le box avec la jument, mais finalement on en arrive à la même conclusion: cheval vif, en pleine forme à part son problème au pied, qui mange et qui a même pas perdu d'état... comment le condamner? Surtout face à des gens qui ont même pas la décence de répondre aux questions, qui viennent pas te voir, qui t'appellent en masqué ou te répondent en 3 mots qu'ils peuvent parler à ton vétérinaire vu que toi, propriétaire qui doit prendre une décision dans le flou, tu as l'air trop con pour comprendre. Ils refusent d'admettre que le cheval va bien, selon eux c'est parce que "certaines races sont plus résistantes".

Bref, après beaucoup de conversations réfléchies et de doutes, on décide tous (moi, mon amie, ma vétérinaire, la transporteuse) qu'il serait mieux de l'emmener à équitom, car eux ont l'air vachement plus motivés pour sauver le cheval.

Le départ de Lyon est glacial, on se fait traiter comme de la merde par la secrétaire, le chirurgien ne répond pas au téléphone et ne vient pas nous signer les papiers de sortie, tout les internes ont disparu (et personne ne vient nous aider à embarquer). Le papier qu'ils nous impriment de mauvaise grâce précise qu'on emmène le cheval contre avis médical.

Je vous montre des photos de mon cheval à l'article de la mort, emmené en grande souffrance de Lyon:

Bref, après de longues longues heures de route supplémentaires, qui se passent très bien, nous arrivons à équitom. La jument une fois le van arrêté, tape pour descendre, preuve qu'on clairement failli la tuer en lui imposant cette route supplémentaire.

Donc déjà, à équitom la première chose qu'ils font: une prise de sang pour vérifier si l'infection est encore là ou pas. Réponse: ils sont presque sûrs à 100% qu'elle est partie.
Ensuite, ils refont des radios de contrôle et me proposent un scan révolutionnaire, qui va tirer des images en 3D et permettre de confirmer la disparition de l'infection et mieux comprendre les dégâts internes dans le pied.

Suite à ce scan, on me montre les images avec des explications:
-l'os naviculaire s'est effectivement fracturé sous le poid du cheval, vu qu'il a été fragilisé par l'infection (et qu'une partie est rongée, partie) mais ce type de fracture, se présente parfois de naissance chez certains poulains. Donc c'est juste devenu pathologique, et ça va calcifier.
-le tendon fléchisseur profond n'a pas totalement lâché, car sinon le mouvement de la subluxation aurait pas été le même, donc même s'il est fragilisé, pareillement il faut lui donner le temps de cicatriser.
-la subluxation est définitive et va entraîner une boiterie à vie, même si normalement ça se résorbe un peu avec le temps, mais avec un ferrage adapté, le cheval peut retrouver un confort de vie suffisant.
-il existe des anti-douleur et des compléments alimentaires qui ne sont pas dangereux pour l'estomac du cheval, et qui, donnés en cure vont pouvoir l'aider à se remettre.
-l'infection est partie, mes vétérinaires ont réussi un exploit, il n'y a donc pas besoin d'ouvrir le sabot et de cureter la zone, de ce fait on ne va pas risquer de remettre le cheval en souffrance.


Donc ils me proposent un traitement laser et une ferrure orthopédique.
Je vous montre la jument qui marche, suite à ce traitement et au ferrage:



Malheureusement il n'y a quasi aucune chance qu'elle soit remontable un jour, mais elle va pouvoir finir sa vie dans un pré à faire la tondeuse à gazon. Mais son pronostic vital n'est plus engagé.

Et maintenant?
Et bien cela fait plusieurs mois qu'elle est en convalescence au box, on peut malheureusement pas prendre le risque qu'elle se fasse mal pendant la cicatrisation.
Elle a une ferrure adaptée et marche aussi bien que son handicap lui permet et j'attends avec impatience de pouvoir la ramener chez moi pour la chouchouter!



samedi 2 janvier 2021

Winter Fun Photoshow - updated with awards

 When this show was released, I was thinking that if we got snow this year, I will try to enter.
Then I didn't had time and energy before Christmas, even if we got ton of snow. I am currently dealing with difficult times and I didn't even go outside.


But when snow showed back after Christmas, I felt like I had to enter, once for good.

Blizzard

"Staying there for a while" 

Hats & Earmuffs

"When you care better to your horse than yourself"

Winter Sport & Games

"If doing snowmans are a human game... undo them is a horse one ;)"


Hibernation

 "Waiting for the snow to melt..."


Masters of Survival

"Camouflage"

Appaloosa are well know as camouflage masters - probably to survive in nature, leopard and heavily spotted ones easily melts into the snowy woods.


 

Stay at Home & Photoshop

"Aurora Borealis"

Capturing real northern light is a dream of mine, but for now, let's photoshop them!


  Fire & Ice

  "Fire in the sky"


Wrapped

"Ponies doesn't need to be wrapped (and they let you know)"


December Celebrations

"Santon village"

In Provence (France), the nativity figures are a huge tradition. Handmade with clay and sometimes handpainted, they are called Santon.
In my own village, every year there is a "trail of the nativity scene and figures", where you can find Santon and their villages in every corners or roads, they came in all sizes, and some are really bigs.
Saddly they didn't shown this year, so I cannot go and take you references pictures, but I did a similar thing at home for this entry.
 
 
 
Reflections

 "Mirror, mirror... who's the most handsome?"

 

Vintage Winter Postcard

"Keeps your Champ's cool! -it's better served cold-"

Inspired by vintage advertising & old postcards 


Major Meltdown

"Late spring in the mountains"


Winter Theme Photostory